Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/08/2013

Gagner sa vie de ses dix-doigts

pmsepia2.jpgDES MAURES AU BAS-VERDON

La transmission des savoir-faire de nos travailleurs ruraux.
"GAGNER SA VIE DE SES DIX DOIGTS"
La première leçon de philosophie est que l'intelligence humaine provient de l'usage des mains.
De l'invention d'outils jusqu'au perfectionnement insatiable de l'oeuvre, pas de développement des sociétés humaines sans ouvrier... aucune théorie fiable qui ne prenne origine et ne se ressource en permanence dans une pratique.
Un chantier a été mis à l'étude et en réalisation : "La transmission des savoir-faire de nos travailleurs ruraux".
Ce projet résultait de dizaines d'années d'expériences personnelles et de réflexions ouvertes à commencer par celle fondamentale de mon père : "Gagner sa vie de ses dix doigts" et d'autres adressées aux jeunes et apprentis-musiciens : "découvrir et jouer la musique des autres pour créer sa propre musique"... "en touchant à un métier manuel on apprend à apprendre d'autres métiers..." .. et quand le discours ou le travail nous plongent dans le malaise de l'artificiel, rien de mieux que faire quelque chose de ses mains, redécouvrir le bonheur de la création même "petite", se retrouver "en forme" après un temps de pratique musicale... sans obligation "professionnelle" que ce soit.
La recherche "Des Maures au Bas-Verdon" s'intéresse pour commencer à quelques savoir-faire par un travail de documentation, un contact avec des personnes ressources et une pratique à leurs côtés.

sourpich.jpgJean-Claude BABOIS et Pierre MERIC ont initié depuis 1977 L'Espaventau - toutes formes d'activités culturelles et artistiques pour favoriser l'accueil des oiseaux de bon augure... qui, par-delà leur projet particulier et provisoire de passage sur Terre, se préoccupent également (parce que c'est cohérent, logique et naturel chez l'Etre Humain) de Développement Durable.

chpvico.gifC'est aussi en 1977-78 sur le Bas-Verdon qu'ont été fondés Les Grands Chemins à Vinon, mais aussi à partir de nos bases et racines de RIANS, expériences de travail manuel sur le même canton, à Varages et Barjols.
L'action artistique multilingue, musicale, d'edition, d'éducation, de services associatifs et de projets de jeunes s'est développée sur tout le Haut-Var et la Zone du Verdon avec des réalisations fortes sur Aups, Bauduen, Ramatuelle, Cuers, St-Jullien-le-Montagnier, Bargemon, Salernes, et bien sûr Varages, Rians, Vinon.

TIERRAR.gifEn présence profonde et constante, l'attachement et l'objectif de la transmission des savoir-faire des travailleurs ruraux.. des Méric(s) des Maures (Cogolin, St-Tropez, Grimaud, La Garde-Freinet, Bormes, Pignans, Cuers, Collobrière,...) La Retraite Bouchonniers puis métallos aux torpilles de St-Tropez, à Toulon et La Seyne, puis à Marseille... des faïenciers de Varages, des tanneurs de Barjols, des tomettes de Salernes... des agriculteurs de Rians qui encore en 1953/60 du temps du canal du Verdon, en dehors des Plantiers, cultivaient les melons sans arrosage, les vergers de pêches au sarcloir, les Oliviers, la vigne et la lavande dans nos bancaus superbes, avec le cheval ou le mulet,... (accouchaient les cochons à la lampe à pétrole)... travaillaient en commun sur les ruches d'abeilles, les distilleries de lavande, la coopérative vinicole et les moissons... la caisserie et la charcuterie "artisanale" sans y prêter cas.

MAILLE.jpg


Dans l'axe des Maures au Verdon - Pignans/Rians, Cuers/Vinon,.... St-Tropez/Bauduen... approfondissement du patrimoine de ces savoir-faire encore vivants en nous-mêmes et historique de la circulation des travailleurs ruraux sur 3 longues générations (depuis 1851).

RETRAIT2.jpgContinuation en les respectant, sans vouloir revenir en arrière et prétendre réussir là où il a bien fallu se reconvertir, mais aussi en mettant en oeuvre les nouveaux outils disponibles en faveur de ces savoir-faire.
Les jeunes générations, en en faisant l'apprentissage par la pratique s'initient à la découverte et l'invention de nouvelles formes d'activités de production facilitées par la ruralité, dans, pour et par un pays accueillant parce que vivant. Cet apprentissage en soi tout en étant celui d'un métier peut être semi-amateur - cultiver, tailler les oliviers dans un jardin... remonter un bancau, ... améliorer le Paysage,... connaître et nettoyer collectivement les sous-bois comme acte d'amour citoyen... redécouvrir les outils anciens afin entre autre de ne pas tomber en dépendance des "modernes"... ne pas perdre nos facultés d'auto-subsistance... (petit jardin, petit élevage, cueillettes, chasse bien maîtrisée, travail manuel...)