Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/08/2015

SOMMAIRE

bancl74b.jpg



portacls.jpgHistoire Sociale et Commune Libre

AU SOMMAIRE :

Janvier 2010 : ré-édition complétée de "La Commune Libre"

MARS 2013 : BRASSENS LIBERTAIRE &
"DE LA PART DE G.C".
Prenons garde face aux escamotages et récupérations !
Interview Fréquence Mistral 20 septembre 2013 : Ecouter la partie interview format .wma.



20 Textes de Chansons et Poèmes Pierre Méric ... de "La Sociale"

couvlog.jpgDES MAURES AU BAS-VERDON
La transmission des savoir-faire de nos travailleurs ruraux.

cvlv1851.jpgJuin 2011 - Parution de : "d'Un "pays" des Maures au Pays du Verdon - plus d'info !
L'insurrection de 1851, au cœur de la révolution Sociale au 19° Siècle. (Pierre Méric - Printemps 2011)

cltitre.jpgToulouse 1970/74 diverses éditions et directions de
revues avec les antifranquistes dont "Commune Libre".

roseanim.gifSynthèse : Projet d'exposé sur l'expérience constructive de révolution sociale

Du Franco-Franquisme à l'Internationale 1977
(Ré-édition en projet augmentée de nombreuses pages et chapitres inédits)

La Mémoire Courte de Jean CASSOU - 1953

pelotier.jpgFernand Pelloutier et les Bourses du Travail

larueN8.jpg* Article "Prostitution et Révolution des rapports humains" paru dans "LA RUE" N° 8 de l'été 1970 - écrit pendant et par rapport à Villeneuve-du-Bosc. (Revue éditée par le Groupe Louise Michel, N° 8 comprenant aussi en exclusivité le texte intégral " Guesclin - LA MEMOIRE ET LA MER " de Léo Ferré)
Voir aussi article "L'Aliénation" (LA RUE N°4 - 2ème tr. 1969 aux côtés d'un autre texte de Leo Ferré)
larue4im.jpg
belibast.gifEdition en 1972 par BELIBASTE à 3000ex. de "Théorie et Pratique de la Vie en Communauté".
- Extraits Avant-Propos de Raimundo Dinello
des actions pédagogiques actuelles de R. Dinello

Voline.jpgVOLINE LA RÉVOLUTION INCONNUE -
TEXTE INTEGRAL consultable en ligne : INDISPENSABLE !!!

I. Naissance, croissance et triomphe de la révolution (1825-1917)
II. Le bolchevisme et l'anarchie 4. Les deux idées de la Révolution
III. Les luttes pour la véritable Révolution sociale Cronstadt (1921) Ukraine (1918-1921)

TRAVAUX UNIVERSITAIRES DE PARIS I-SORBONNE
SARBONI Edward, Des communautés libertaires de 1968 à 1978 dans le Sud-ouest, Maîtrise sous la direction de J. Sagnes, Université de Perpignan, 1993, 131 p.+annexes Anarchisme, Sud-Ouest
- Sarboni, Edward. – Des Communautés libertaires de 1968 à 1978 dans le Sud-Ouest / mémoire de maîtrise dir. Antoine Prost, Danielle Tartakowsky. – Paris : Université Paris 1, 1993. – 2 vol. 258 p. Bibliogr. – GF.L0064
Il en parle aussi dans une édition de la F.A. : Les années 1968 - 1975 le neuvième volume de la série Increvables anarchistes, ... la vague des communautés dans le Sud-Ouest (Edward Sarboni), ... 52 pages, 2001

yesterdr.gifEPOQUES FORTES ET CREUX DE VAGUE.

3368399744.jpgPOUR UN "MONDE NOUVEAU"
SANS LES LENDEMAINS D'UN "NOUVEAU MONDE" QUI DECHANTENT.

index.jpeg
Edition Italienne 1981 de "La Commune Libre"
et informations sur "La Belle Verte" en Italie.

vmrufrpm.jpg

INSURRECTION POETIQUE
Ou le Printemps des poètes citant Vladimir Maïakovski qui conseillait à Serguei Iessenin des "lendemains qui chanteront"...

diogene.jpg

05/02/2015

La Comune Libera

En 1981 des copains italiens de Sicile ont édité "La Commune Libre" en Italien.
En voici la préface et les couvertures.

index.jpeg
clitprf1.jpg
clitprf2.jpg
Un commune libre actuelle aux alentours de Rome cite le texte italien de Commune Libre.
Les ACRATES du Chili reprennent l'article de A-Rivista.



I sogni non si fanno, si costruiscono

Che la vita di ciascuno sia la sua opera suprema
e che il quotidiano sia invaso dall'ebbrezza di esistere:
tale vogliamo che sia il fine della vita in comune.
Pierre Méric, La comune libera


L'attuale situazione economica determina la fine di tutte le illusioni rispetto al sistema capitalista, la dissoluzione dell'aspettativa di poter ancora costruire la propria esistenza seguendo le regole della proprietà e del sistema produttivo basato sullo sfruttamento dell'uomo sull'uomo e della natura.
La pur necessaria critica radicale all'attuale sistema non basta. In piena crisi l'autogestione, la solidarietà e il mutuo appoggio possono diventare da subito soluzione ai problemi contingenti e protezione naturale collettiva capaci di farsi valida alternativa concreta.
Creare luoghi comuni, senza proprietari, ma aperti all'esperienza e alla collaborazione, significa sperimentare un nuovo sistema di relazioni umane e politiche, ripensando nel fare insieme quotidiano non solo l'economia, ma anche la cultura, la formazione, la socialità.
Siamo convinti che una comune agricola che sappia essere luogo liberato dallo sfruttamento, e dove il superamento della proprietà sia pratica di ogni giorno, sia uno dei migliori percorsi per raggiungere e rivendicare l'indipendenza dall'attuale sistema e per fornire alla nostra vita stabilità e sostenibilità.
Non abbiamo fatto un sogno, lo stiamo costruendo. Lo abbiamo chiamato “La Belle Verte”: non un pianeta lontano ma un esperimento di autogestione dell'esistenza, utopia in cammino, una comune agricola comunista libertaria sui colli della Sabina, tra Roma e Rieti.
Lavoro e mezzi di produzione nelle stesse mani: le nostre. Gli orti, il forno, la falegnameria, il gruppo di acquisto solidale e i seminari di scambio dei saperi sono avviati.
Il cancello, per scelta, è sempre aperto e tutte e tutti potete sempre raggiungerci per una chiacchierata, un bicchiere di vino, per dare una mano o per una passeggiata.
Un percorso aperto che ha bisogno del sostegno di tutto il movimento e della partecipazione di quanti più compagni e compagne possibile per creare un luogo che sia davvero di tutte e di tutti.
Abbiamo bisogno dell'aiuto di tutte e tutti per continuare a costruire questo sogno, per farlo crescere e riempirlo di nuove idee ed energie. Se vuoi sottoscrivere anche un piccolissimo contributo alla Belle Verte scrivici: comunelabelleverte@gmail.com e ti daremo tutte le indicazioni e le coordinate per farlo.


Comune agricola comunista libertaria “La Belle Verte”
Casali di Poggio Nativo (Ri)
Gruppo anarchico “Emma Goldman”
Fai Rieti e Sabina

mail: comunelabelleverte@gmail.com

Comuna agrícola comunista libertaria «La Belle Verte»
La actual situación económica determina el fin de todas las ilusiones respecto del sistema capitalista, la desilusión de la expectativa de poder aun construir la propia existencia siguiendo las reglas de la propiedad y del sistema productivo basado en la explotación del hombre por el hombre y de la naturaleza.
Sin embargo la crítica radical al actual sistema no basta. En plena crisis la autogestión, la solidaridad y el apoyo mutuo pueden convertirse de súbito en la solución al problema contingente y de protección natural colectiva capaz de volverse una valida alternativa concreta.
Crear un lugar común, sin propietarios, más abierto a la colaboración y a la experiencia, significa experimentar un nuevo sistema de relaciones humanas y políticas, repensando en el hacer cotidiano conjunto no solo a la economía, sino también a la cultura, la formación y la sociabilidad.
Estamos convencidos de que una comuna agrícola pudiese ser un lugar liberado de la explotación y donde la superación de la propiedad sea práctica de cada día, sea uno de los mejores recursos para alcanzar y reivindicar la independencia del actual sistema equipando nuestra vida con estabilidad y sostenibilidad.
No tenemos construido el sueño, lo estamos construyendo, lo hemos llamado «La Bella Verte», no es un planeta lejano, sino un experimento de autogestión de la existencia, utopía en camino, una comuna agrícola comunista libertaria en las colinas de la Sabina, entre Roma y Rieti.
Trabajo y medios de producción en las mismas manos, las nuestras; el huerto, el horno, la carpintería. El grupo de adquisición solidaria, a los talleres de intercambio de saberes está funcionando.
Una puerta por decisión está siempre abierta a todas y todos, pudiendo siembre alcanzar una conversación, una copa de vino, para dar una mano, para dar un paseo.
Un camino abierto que demanda la afirmación de todas y todos en el movimiento, y de la participación de tantos compañeros y compañeras fuera posible para crear un lugar que sea realmente de todas y todos.
Nosotros necesitamos de todas y todos para seguir construyendo este sueño, para hacerlo, crecer y llenarlo de nuevas ideas y energías. Si deseas suscribir una pequeña colaboración a la Belle Verte, escribe a comunelabelleverte@gmail.com y te daremos todas las indicaciones y coordenadas para que puedas hacerlo.
Pierre Méric
Traducción Cristian Del Castillo

Año 3 — 15 de Mayo del 2014. Valdivia, región chilena — Nº30 ÓRGANO DE LA FEDERACIÓN ANARQUISTA LOCAL
0765-277035
fb: Comune La Belle Verte

31/10/2013

Pour un Monde Nouveau sans les lendemains d'un "nouveau monde"... qui chante

« Luttes »… partout ?… mais peu ou pas « construction », Commune Libre dans la vie quotidienne, en expériences collectives. Que penser du « Monde Nouveau » de Pierre Besnard ?
Application du projet de société en interne ? dans la vie de chacun des membres ? chez lui ? dans « la Cité » ? au sein d’autres structures « citoyennes ». ?


espoir71.jpg« Lutte des classes » - question mal, voire jamais posée

On compte sur la prise en mains par les travailleurs de l’organisation de toute la société.
En fait depuis plusieurs dizaines d’années, les « prolétaires » sont attirés de gré ou de force dans et par la « Société Malade ».
Au travail, partagés entre les victimes de sa paupérisation (chômeurs, précaires, partiel, intérimaires, SMIC à perpète, SDF) et ceux qui parviennent au confort en mitant le territoire rural, avec l’envie de devenir bourgeois, contremaître, supérieur au pauvre voisin, misant tout sur le standing, l’apparence du « bonheur » et pire « conjugal », les enfants suivant des « cours » de musique, de danse et autres « signes extérieurs de réussite ».
Ces « prolétaires » qui devaient « scientifiquement » faire la Révolution par leur Dictature, en majorité, font de l’antagonisme de classes un tremplin pour leur réussite égocentriste, et voteront bientôt Front National, motivés par une « peur » de spectateurs, vivant souvent dans des quartiers et des villages où « la violence » provient du voisin immédiat et de l’ennemi qui a une plus belle voiture et ose rouler sur « ma » route où je me croyais tout permis.
Phénomène similaire chez les « artistes » et autres déçus « de n’être pas connus », qui « pourtant ils chantent » et dénoncent le show-business, comme un mal,.. en fait par jalousie, avec le secret projet de rejoindre « le haut de l’affiche » et l’olympe des vedettes.
Et quand l’ouvrier se fait propriétaire, actionnaire, voleur de terre « au soleil »… qu’aura-t-il à faire des « analyses » concentrées sur la « lutte des classes ».
Il y a bien d’autres phénomènes qui suscitent (et espérons-le toujours plus) la Révolte autant individuelle que collective, liés à la qualité de la vie de chacun, de ceux qu’il aime, et par instinct grégaire propre aux êtres vivants, de l’avenir de la Terre visible immédiatement dans la nature et « la vie que nous menons ». Nul besoin de guides du peuple ou d’être suprême pour s’en apercevoir.

Comment je vis et constate « le capitalisme ».

3368399744.jpgAvec l’expérience des Grands Chemins depuis 1977 : voir certaines chansons comme « La Retraite » mettant en évidence une COLONISATION de la côte dite d’Azur et de notre Terre liée à notre travail et à nos vies profondes, par des parvenus enrichis sur le dos des autres (nos frères exploités) qui ont les moyens « d’acheter » au pays de cocagne, sans l’aimer si ce n’est comme objet de consommation extérieur (carte postale), avec la collaboration des « Païsans Pouarcs » et autres provençaus réactionnaires.
Nos révoltes contre les larbins, les « apprentis-bourgeois », la COLLABORATION de nombre d’humains « prolétaires », rêvant d’être, puis devenant, actionnaires (même « petits »), propriétaires jaloux…
Une proportion grandissante chaque jour d’individus à la fois « prolétaires » et « capitalistes » de fait et par conviction : la « lutte des classes » se retrouve en chacun, en y ajoutant une couche de fascisme, on devine la difficulté à entreprendre de tracer ce chantier.
A REVOIR ! impossible de les (nous) couper en tranches.
Le CAPITAL à son origine est un effet de la naissance de la Propriété (« c’est le vol ! ») et constitue un des éléments du désordre à combattre – seulement UN parmi bien d’autres : rien à voir avec la marque MARX.
Tout « anarchiste » imbibé de marxisme devrait admettre que le substitut ne fait pas le génie.
1945 : Les services des Bourses du travail, comme le Secours Mutuel et les bureaux d’embauche, passent aux mains de l’Etat. Auparavant, la motivation est l’entraide, la protection mutuelle… Après c’est presque l’Amour au nom de Dieu et pas par amour de l’autre, c’est la « protection » étatique pour mieux fidéliser, tenir les citoyens-ouailles… / / On nous apprenait à l’Ecole, du moyen-âge, la logique du rapport entre le seigneur-chevalier et les serfs-paysans qui se mettaient « à l’abri » contre les barbares et autres concurrents, dans le château-fort, pour aussi le défendre, y compris en se sacrifiant pour… le seigneur lui-même.
Les ETATS issus de l’escamotage marxiste, génétiquement produits par l’idéologie marxiste, devaient nécessairement être construits selon ce moule moyenageux : pour nous, au moins depuis la création de l’Internationale à Londres, c’était déjà une évidence dans le texte et dans les faits. (voir Dieu et l’Etat).

06/10/2013

com Anarchosyndicalisme novembre 2013

Délocalisations, finances, économie Un point de vue hétérodoxe

Dimanche 6 octobre 2013, par cnt // 86. Economie

espoir71.jpgEn ces temps de crise aggravée, on peut constater au niveau mondial un regain des luttes et une relance de la réflexion autour de la nécessité de dépasser le capitalisme. Cependant, dans ce contexte, les fausses routes involontaires sont aussi nombreuses que les pièges mis en place par les alliés objectifs du capitalisme pour détourner les exploités de leur nécessaire objectif (c’est-à-dire la disparition du capitalisme et de l’État).

Cet article n’a pas pour vocation de définir le chemin lumineux que doivent suivre les exploités dans leurs luttes mais de participer à l’indispensable débat autour de certains enjeux actuels qui, dans la période que nous vivons, sont vitaux pour les travailleurs.

Ainsi, une question reste en France d’une actualité brûlante. C’est celle des délocalisations. Pour les ouvriers qui la subissent, c’est un drame. Leur réaction peut de ce fait être virulente et immédiate. Nombreux sont les ouvriers qui comprennent alors qu’ils ont été dupés, qui ont la volonté de ne pas ne se laisser faire et qui tentent de lutter pied à pied contre leur patron pour préserver leur emploi. Cependant, ces luttes qui pourraient être intéressantes, font souvent l’objet de récupérations politiciennes par des gauchistes de tout poil, voire par des partis de gouvernement dont le discours va de « achetons français » à « l’interdiction des délocalisations ». Ces positions sont fallacieuses et ne doivent pas tromper les travailleurs, nous allons tenter de voir pourquoi.

Tout d’abord, qu’est-ce qu’une délocalisation ? C’est tout simplement pour un patron un moyen d’augmenter son profit. Comment ? En diminuant la part des salaires dans ses coûts de production. C’est pourquoi, au niveau global, une délocalisation c’est une hausse du taux d’exploitation des travailleurs. En effet, si des emplois sont perdus en France, ils sont créés dans un autre pays. Mais dans des conditions bien pires (que ce soit au niveau des salaires, de la protection sociale, des conditions de travail). Il s’agit donc bien d’une accentuation de l’exploitation au niveau international. Les déplacements géographiques mis ainsi en place par le patronat, non seulement diminuent la masse salariale et créent une pression toujours plus grande sur tous les travailleurs mais permettent également à celui-ci de diviser profondément le prolétariat : dans un pays, des ouvriers perdent leurs emplois, mais dans un autre des gens souvent dans la misère peuvent en espérer un et améliorer ainsi leur niveau de vie lamentable. Le patronat crée ainsi une fracture au sein des exploités, en créant de toutes pièces des intérêts momentanément divergents. De là une première réaction épidermique  : le repli sur soi, et sa traduction politique, la monté des nationalismes (nationaux ou régionaux). En revendiquant le maintien de l’emploi en France, les syndicats glissent souvent dans un discours nationaliste véritable poison pour les exploités. La lutte des ouvriers de Fralib contre la délocalisation des usines de thé Eléphant nous en fournit un exemple avec le slogan mis en avant par la CGT  : « Le thé de l’Eléphant est né il y a 120 ans à Marseille, L’Eléphant est français, en Provence il doit rester. ». Dans ce slogan, on remarquera qu’il n’est nullement fait mention de l’exploitation que vivent les salariés. L’argument n’est plus que l’entreprise doit rester en France pour que la délocalisation ne ruine pas des familles, mais parce que c’est une entreprise « historiquement » française. Ce discours, en plus de nier la place fondamentale de l’exploitation dans une délocalisation, entretien dans la population les sentiments chauvins.

De même, le gouvernement met actuellement en avant la relocalisation. Phénomène inverse de la délocalisation, il serait un remède aux problèmes économiques actuels. En réalité, les problèmes soulevés sont les mêmes, dans l’autre sens géographique  : des ouvriers seront licenciés dans les pays d’où reviennent les usines, renvoyés à une affreuse misère. Et nous ne devrions pas nous en sentir solidaires ?

Ce point, pourtant fondamental au niveau mondial, n’est jamais pris en compte par les syndicats, trop contents qu’ils sont de pouvoir jouer le jeu du patron en se félicitant des emplois obtenus. Jamais ils ne disent que, s’il y a des frontières pour les exploités, il n’y en a pas pour le capital, que c’est justement là que réside le problème et que ce qui importe ce n’est pas tant la «  délocalisation » ou la « relocalisation » mais le fait que, partout dans le monde, cesse l’exploitation, souvent éhontée, des travailleurs.

cntait31.jpg


Comment articuler cet objectif à long terme (disparition du capitalisme et de l’État) et les contraintes du moment (nécessité de « gagner sa croûte »)  ? Il me semble, et je le propose au débat, qu’une réponse partielle envisageable est la gestion directe. Sans croire qu’il s’agisse d’une panacée. Appliquée à une simple usine, elle ne remet pas en cause le système. Elle ne met pas à l’abri des risques de réapparition de rapports de pouvoir (nous avons pu le voir dernièrement avec les mésaventures de travailleurs de chez Agone, maison d’édition en principe autogérée, où se sont mises en place des techniques de management tout à fait capitalistes). Mais elle permet au moins aux ouvriers de survivre et de se donner du temps.

Il serait vain de croire qu’une stratégie défensive suffise. Comme nous l’avons vu, le problème des délocalisations doit se penser à l’échelle internationale. Et pour répondre à une attaque à cette échelle, nous devons nous organiser en conséquence. Seulement, cela, le capital, l’État et leurs complices syndicalistes et politiques ne le veulent pas. Jouer la carte de la solidarité internationale pourrait, à terme empêcher le capital de circuler «  convenablement  » et empêcher les patrons de majorer sans fin leurs bénéfices en délocalisant à leur convenance. En clair, si pour le patronat et les économistes aux ordres, la «  solution est de baisser le coût du travail en France  » (c’est-à-dire démanteler littéralement la protection sociale, réduire les salaires, augmenter le temps de travail et en dégrader les conditions), la réponse pour nous est à l’inverse : augmenter partout dans le monde le niveau de vie des travailleurs et l’égaliser par le haut.

Autre « faux débat » qui anime les mouvements sociaux et politiques  : la critique de la finance. Celle ci est accusée de tous les maux. L’encadrer fermement permettrait de faire gagner en pouvoir la classe ouvrière. Ici aussi, rappelons quelques évidences. Avant d’être un moyen pour les spéculateurs de faire des profits astronomiques, ce que l’on appelle « la finance » est d’abord pour le capitalisme un moyen de faire se rencontrer l’offre et la demande d’investissement. Dans ce système, des petits malins ont compris qu’il y avait possibilité de faire des profits monumentaux sans créer de richesse par le travail. Cette activité parasite ne compromet pas fondamentalement le rôle initial de répartition des ressources d’investissement assigné aux marchés financiers.

On entend souvent parler de «  dictature des marchés financiers ». En fait, quand une entreprise se voit fixer comme but de dégager un haut niveau de profit, ce n’est pas tant à cause de «  la dictature des marchés financiers »,qu’à cause de la dictature des actionnaires. Ces derniers entendent encaisser le maximum d’argent sans autre effort que de pressurer à fond les travailleurs (pour augmenter les bénéfices) sous la menace de délocaliser ou de vendre l’entreprise si leurs objectifs ne sont pas atteints. En réalité, ce n’est pas un « marché » mystérieux et impersonnel qui provoque la catastrophe sociale que nous connaissons, ce sont les actionnaires par les contraintes qu’ils imposent.

Le marché si souvent décrié n’est que l’institution qui permet aux décisions des actionnaires de prendre effet rapidement. S’attaquer aux «  marchés financiers  » sans souligner la question de la propriété des moyens de production, c’est s’attaquer à des moulins à vent. Le pouvoir a tout intérêt à cette chimère. Faire croire que le mal vient des «  marchés  » et d’eux seulement, c’est éviter que la population pose la question réellement révolutionnaire : pourquoi l’outil de production appartient-il à quelques individus, au lieu d’être propriété de la société toute entière ? La position de certains députés socialistes en 2011 (dont un certain J.M. Ayrault) dans le projet de « Taxe sur les transactions financières en Europe » est illustrative du cas. Il y est dit : « L’hypertrophie des échanges financiers résulte notamment de comportements d’acteurs qui ne cherchent pas à contribuer au financement des activités de production ou à la couverture des échanges, mais spéculent pour leur simple profit, au moyen d’outils de plus en plus sophistiqués, protégés par une opacité empêchant les pouvoirs publics de vérifier la pertinence de ces transactions ». Ce qui est vrai, mais nulle part il n’est question d’une quelconque remise en cause de la propriété privée des moyens de production. Les socialistes regrettent seulement que les capitalistes ne soient pas de gentils capitalistes qui exploitent gentiment leurs ouvriers, et qu’ils préfèrent utiliser leur argent à jouer au casino financier. Au fond, les projets d’encadrement des marchés financiers n’ont pour objectif réel que de mieux faire fonctionner le capitalisme, donc l’exploitation.

Posons-nous maintenant la question de la «  lutte contre la finance internationale  », cette «  finance sans visage et sans nom  », pour citer le Parti de Gauche. Souvent associé aux critiques que nous venons de voir précédemment, elle permet au pouvoir d’essayer de nous faire croire que c’est par son côté international que la finance est dangereuse. Elle serait l’instigatrice des délocalisations et de la dégradation de nos conditions de vie. Mais parler de lutte contre la finance internationale, c’est implicitement accepter que la finance nationale serait moins nocive, voire à encourager (ce qui serait de toute façon le cas si des mesures de protectionnisme étaient mises en place). Au vu de ce que nous avons dit précédemment, cela revient automatiquement à reconnaître aux capitalistes nationaux une valeur politique supérieure à celle des capitalistes étrangers. Or, s’il est une chose que près de trois siècles de lutte contre le capitalisme nous ont apprise, c’est que français ou étranger, un capitaliste est un exploiteur. Les patrons et les actionnaires, qu’ils soient français, américains ou chinois, restent des vampires pour les exploités.

Accuser la finance internationale de ce qui arrive à la Grèce ou à l’Espagne n’a aucun sens. Ce sont les créanciers, les patrons et les politiques qui sont responsable de ces naufrages. Certainement pas une entité floue, nommée « finance internationale », dont on ne sait pas trop ce qu’elle est parce qu’aucun de ses ennemis n’a jamais pris la peine de la définir. Mais cela permet de maintenir la croyance qu’un patron et un ouvrier, parce que français, auraient des intérêts communs.

Enfin, troisième et derniers «  faux ami  »  : l’agriculture. On lit souvent, notamment dans le milieu anarchiste, qu’il faut revenir à une agriculture «  paysanne  », avec le même souci que pour la finance  : on ne peut trouver aucune définition du mot «  paysanne  » quand il concerne l’agriculture. On peut déduire du contexte que l’agriculture «  paysanne  » serait une agriculture opposée à l’agriculture industrielle. Cette idée qu’on peut juger belle n’est cependant pas développée. S’agit-il de revenir aux formes traditionnelles de culture et de propriété  ? Si les cultures traditionnelles ont un avantage certain en terme écologique (de part la variété des cultures et l’intégration de celles-ci à leur environnement), la forme économique qui lui est associée pose question. En défendant une agriculture traditionnelle, défend-t-on les vielles formes de propriété de la terre  ? Et quelles vielles formes  ? L’agriculture a toujours été l’apanage de grands propriétaires fonciers  : seigneurs durant l’ancien régime, bourgeois après la révolution, par le fermage. Si une agriculture plus individuelle a pu exister, cela n’a été que transitoire ou marginal. Plus encore l’a été la pratique de terres communales exploitées par l’ensemble du village.

Les formes traditionnelles d’agriculture sont de plus fortement enracinées dans un imaginaire nationaliste fortement nuisible à toute tentative d’émancipation. C’est encore une fois la porte ouverte à toutes les compromissions et toutes les attitudes interclassistes. L’agriculture, activité humaine primordiale doit faire l’objet de toutes les attentions des révolutionnaires. Cependant, nous devons examiner avec soin les luttes émanant de ce secteur, car les positions potentiellement réactionnaires sont fréquentes et il est parfois difficile de faire le tri entre ce qui est une revendication révolutionnaire, et ce qui est une revendication purement corporatiste. Il ne faut pas oublier que des structures agricoles alternatives existent et qu’elles peuvent faire l’objet de dérives graves (voir l’article « Les Versaillais du Larzac »).

En évoquant rapidement ces trois questions, nous avons pu voir que la tactique du pouvoir est souvent la même  : mettre en avant des positions nationalistes et interclassistes. Tout ceci a un but évident  : éviter de s’attaquer à la racine du problème, à savoir le capitalisme. A une époque où, malgré la crise, les profits se calculent encore en milliards, l’essentiel est d’être capables de poser un rapport de force avec les capitalistes. Cela passe nécessairement par poser la question de la propriété des moyens de production, et surtout cela passe par notre capacité à poser des actes de solidarité effective entre exploités, cela quels que soient nos origines et lieux d’habitation. Toute concession à un pseudo «  réalisme économique  » n’est en fait qu’une concession faite aux patrons et aux capitalistes.

12/08/2013

La Commune Libre 1972

belibast.gif
Préambule et conclusion de "La Commune Libre" (Pierre Méric) dans "Théorie et Pratique de la vie en communauté" avec Raimundo Dinello - Bélibaste 1972

portacls.jpgApparemment, un traduction italienne de la partie Pierre Méric "Commune Libre" a été éditée en 1981 (98 p.) à Ragusa par Altamurgia/La Fiaccola sous le tire "La Comune Libera"... avec ce commentaire : "Contro la borghesa e lo stato una via alla rivoluzione libertaria".
Egalement, une annonce d'édition au Pays de Raimundo Dinello en Espagnol. par
nordan-comunidad editorial cooperativa uruguaya http://www.nordan.com.uy/
Teoría y práctica de la vida en comunidad Raimundo Dinello/Pierre Méric

JANVIER 2010 : Edition papier et/ou numérisée de "La Commune Libre" et "Du Franco-Franquisme à l'Internationale" avec annexes et actualisations par Les grands chemins.

NOTE en PREFACE à l'EDITION 2010

" La Commune Libre " a été publié en 1972 à 3000 exemplaires, par BELIBASTE (Paris 6°) au sein d'un volume regroupé avec le témoignage de Raimundo Dinello (Comunidad del Sur - Montevideo Uruguay) sous le titre " Théorie et Pratique de la vie en communauté " sans contrat d'édition ni ISBN. Epuisé depuis très longtemps, je n'en dispose plus que d'une photocopie.
A ma connaissance (et sans que j'ai pu être sollicité en préalable, ni disposer de copies…) une traduction italienne de la partie "Commune Libre" a été éditée en 1981 (98 p.) à Ragusa par Altamurgia/La Fiaccola sous le tire "La Comune Libera"... avec ce commentaire : "Contro la borghesa e lo stato una via alla rivoluzione libertaria". Egalement, une annonce d'édition au pays de Raimundo Dinello en Espagnol. Par nordan-comunidad éditorial cooperativa uruguaya : " Teoría y práctica de la vida en comunidad Raimundo Dinello/Pierre Méric "
L'expérience et les perspectives qui en découlent apparaissent toujours d'actualité ; même quand il s'agit de coordonner les projets communautaires dans l'esprit du syndicalisme des origines ; avec une réserve toutefois en ce qui concerne les structures existantes issues de l'histoire du Mouvement Ouvrier.
Il est également certain que ces écrits " datent " quelque peu… mais certains savoir-faire passés se révèlent souvent utiles.
La réflexion a déjà été entamée en particulier au moment de l'étude d'Edward SARBONI en 1993. Elle est loin d'être exhaustive ! d'ailleurs la présente publication n'a pas pour but de lancer à elle seule cette réflexion, mais bien plutôt de la faciliter en lui donnant matière.

larueN8.jpgIl convenait d'y ajouter quelques ANNEXES DOCUMENTAIRES.
* Article "Prostitution et Révolution des rapports humains" paru dans "LA RUE" N° 8 de l'été 1970 - écrit pendant et par rapport à Villeneuve-du-Bosc. (Revue éditée par le Groupe Louise Michel, N° 8 comprenant aussi en exclusivité le texte intégral " Guesclin - LA MEMOIRE ET LA MER " de Léo Ferré)
* AG FA Juin 1970 (Limoges) (citée par E. SARBONI) Extrait débat " Problème des communautés "
* Le Bulletin de l'Association Les Grands Chemins fin 84 faisant référence ouvertement à la Colonie d'Aiglemont et aux Communautés pour définir nos objectifs...
* Quelques unes de mes chansons des années 80 parlent très exactement des faits qui précèdent (O.LL.A., L'ADHESION, BACCHUS, L'INSEPARABLE... et enfin Villeneuve-du-Bosc de 1998). A découvrir sur les pages du site : http://www.lesgrandschemins.fr
* Extraits mémoire de maîtrise Université de Perpignan : Edward SARBONI 1993 : " Des communautés libertaires de 1968 à 1978, dans le Sud-Ouest "

N° téléchargeable au format pdf sur le site du Groupe Louise Michel.

CLPREAMB.gif
CLPREAM2.gifCLFIN.gifBELVERSO.gif

10/08/2013

Textes de Chansons et Poèmes Pierre Méric ... de "La Sociale"

Ces chansons sont extraites du recueil de textes et toutes déposées/interprétées auprès de la SACEM : toute utilisation publique est possible en respectant les déclarations de droits d'auteurs.

MAILLE.jpg"C'était Mon Beau Village..."

Cent Poèmes et Chansons - 1968-1998
© Pierre Méric - Les Grands Chemins Mars 2000


logogch.gif L'Adhésion
Bacchus
Blues pour Varages
Déposition Blues
Erdna
L'Espaventau
Frères sur six cordes
Joue ma flûte
RETRAIT2.jpg Ligne 68
Marché commun
Le Papillon d'Automne...
Mirau
Mon Pote Merveilleux
Mon Pauvre
Nouvel an au creux de vague
O.LL.A.
Le Prisonnier
Terre et Liberté
Un dernier printemps
La Retraite
Villeneuve du Bosc 1970

Disponibles sur la page des Grands Chemins

09/08/2013

Raimundo DINELLO

(1972) Début et fin de l'avant-propos de Raimundo Dinello / Poème en fin de ses pages
BELDIN1.gif
BELDIN2.gif
DINELLO, Raimundo Angel

flalu.gifRaimundo Dinello, natural de Uruguay, completó su formación en Ciencias de la Educación en Europa. Doctor en Ciencias Psicológicas, con especialización en Orientación Educacional y profesor de Sociología de la Educación de la Universidad Libre de Bruselas. Especialista en la Formación de Recursos Humanos, y consultor pedagógico de varias universidades de Europa y de Latinoamérica. Presidente Fundador de la Federación Latinoamericana de Ludotecas.

Actualmente en Latinoamérica es orientador pedagógico de proyectos de renovación metodológica en Uberaba (Brasil), en Tandil (Argentina), en Montevideo (Uruguay), y coordinador científico del Simpósium Internacional de Expresión Lúdico-creativa.

Es autor de varias obras científicas, destacamos: Fondements Socio-pedagogiques, Bruselas 1982; A expresao Ludica na Educaçao de Infacia, Sta. Cruz do Sur 1984; Adolescents entre deux Cultures, Paris 1985, Pra-Educaçao da infancia, Sta. María 1985; Atualizaçao na Eucaçao Infantil, Uberaba 1986; Psicopedagogie Intercultural, Nuechatel 1987; Expresión lúdica-creativa, Montevideo, verano de 1989.

BELDIN3.gif

Villeneuve-du-Bosc

aiglmont.jpg

Villeneuve-du-Bosc -
Septembre 70
(Chanson Pierre Méric à entendre et interpréter.)

Nous quittons la Communauté
Pour nos deux vies écartelées
Par notre espérance abusée
Vers ce gâchis qui recommence
En des Cités d'indifférence

Un monde heureux au rendez-vous
Dans le bleu de ses yeux de fou
MARC a voulu partager tout
Ma douce amour ma Résistance
Ma Rose morte en mon absence

Au retour par les routes noires
Notre évasion du dérisoire
Finit en mer - tombe en mémoire

Vouloir s'entremêler nos vies
Folie de nos vingt ans m'amie
Toi fleur des plaisirs interdits
Au vent d'Autan notre overdose
Saoûls sans un sous sans foi ni cause

On n'en a plus pour très longtemps
Deviens pour ce dernier printemps
Ma muse au rire impertinent
Commune Amour rejoue la rose
Chanson unique lèvres closes

Au retour par les routes noires
Notre évasion du dérisoire
Finit en mer - tombe en mémoire

code Sacem N° 99900865/11 (fin Décembre 1998)

diogene.jpg